Le jour où j’ai appris à vivre…

Résumé
Imaginez: vous vous baladez sur les quais de San Francisco un dimanche, quand soudain une bohémienne vous saisit la main pour y lire votre avenir. Amusé, vous vous laissez faire, mais dans l’instant son regard se fige, elle devient livide. Ce qu’elle va finalement vous dire… vous auriez préféré ne pas l’entendre. À partir de là, rien ne sera plus comme avant, et il vous sera impossible de rester sur les rails de la routine habituelle.
C’est ce qui va arriver à Jonathan dans ce nouveau roman de Laurent Gounelle. À la suite de cette rencontre troublante, il va se retrouver embarqué dans une aventure de découverte de soi ponctuée d’expériences qui vont changer radicalement sa vision de sa vie, de la vie…
Ce roman, dont l’intrigue est basée sur des expériences scientifiques réelles, éclaire d’une lumière nouvelle notre existence et nos relations aux autres, et apporte un souffle d’air pur dans notre vie.
Critique
L’auteur de “l’homme qui voulait être heureux“, LaurentGounelle nous invite ici à une introspection avec son nouveau roman « le jour où j’ai appris à vivre ».
Suite à une prédiction faite par une bohémienne, Jonathan, le personnage principal de ce roman, va remettre complètement sa vie et son travail en question.
Il part à la rencontre de sa tante, personnage scientifique et débordant de sagesse, qui va l’aider à se débarrasser d’un poids et à devenir un autre homme.
Ce roman nous fait réfléchir sur la vie et nous aide à y porter un regard nouveau en ce qui concerne nos besoins au quotidien.
Style léger et un peu trop didactique, ce roman ne cherche pas à approfondir les thèmes que l’on connaît déjà, mais plutôt à nous les faire redécouvrir d’une façon plus simple.
Qu’importe le style, ce livre fait réfléchir et captive l’attention au point de ne plus vouloir Le lâcher jusqu’à la fin.
« Ce que l’on déteste chez les autres est parfois ce qu’on accepte pas en soi. »
Le jour où j’ai appris à vivre, Laurent Gounelle, 288p, édition Pocket.

PhenixWebTV

12 réflexions sur “Le jour où j’ai appris à vivre…

  1. jean-claude thibault dit :

    Bonjour,
    Je manque cruellement de réactivité, comme l’on dit aujourd’hui pour vous remercier de votre « J’aime » à propos dl’extrait de « Sparadrap Blues » sur le blog de jean-claude thibault.
    Je connais une dessinatrice émergente que je voudrais vous faire connaître. Elle se nomme Véronique Ducreux; on peut voir sa galerie sur art majeur et également sur facebook.
    Bien cordialement.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.