« Être jeune », Samuel Ullman

«La jeunesse n’est pas une période de la vie, elle est un état d’esprit. Ce n’est pas une question de joues rouges, de lèvres rouges et de genoux souples. C’est un effet de la volonté, une qualité de l’imagination, une intensité émotive. C’est une fraîcheur de printemps. La jeunesse est une victoire du courage sur la timidité, du goût de l’aventure sur l’amour du confort. La jeunesse se voit parfois davantage chez des personnes de 50ans que chez celles de 20 ans. On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années, on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.

Les années rident la peau, renoncer à son idéal ride l’âme.

Soucis, doutes, manque d’assurance, craintes et désespoirs sont des ennemis qui, lentement, nous font pencher vers la terre et devenir poussière avant la mort.À 70 ans ou à 16 ans, le coeur jeune s’émerveille : fascination pour les étoiles, défis intrépides des événements, avidité enfantine pour « la suite de l’histoire », joie de vivre.Vous êtes aussi jeune que votre foi, aussi vieux que votre doute. Aussi jeune que votre confiance en vous-même, aussi vieux que votre crainte. Aussi jeune que votre espoir, aussi vieux que votre abattement.Tant que votre coeur est réceptif aux messages de beauté, d’espoir, de splendeur, de courage et de puissance de la part de la nature, de l’homme ou de l’infini, vous êtes jeune. Si votre coeur devient glacé par le pessimisme et le cynisme, là, vous êtes vieux, en effet.»Samuel UllmanPoète et homme d’affaires Américain

5 réflexions sur “« Être jeune », Samuel Ullman

Les commentaires sont fermés.