Exposition « l’horizon des événements » de Abdelkader Benchamma

Les dessins d’Abdelkader Benchamma s’inspirent de scénarios visuels qui proviennent de réflexions sur l’espace et sa réalité physique, ses limites et ses zones de contact avec un espace mental.

Ils fonctionnent sur des détournements, modulations d’objets témoignant de dysfonctionnements possibles dans notre rapport à l’autre et aux choses. Glissement du réel, intrusion de l’invisible, matières indéterminées en transformation, catastrophes minuscules sont au coeur du travail d’Abdelkader Benchamma.

Nourri par de nombreuses sources d’inspiration et de réflexion, qui vont de la science à l’ésotérisme, de la littérature à l’histoire de l’art, l’artiste crée des oeuvres aux bords incertains, dont le mouvement déstabilise le visiteur en jouant notamment avec les codes de la figuration et de l’abstraction.

Organiques, ces ensembles peuvent faire penser à des paysages, non pas au sens classique du terme mais plutôt parce que les flux qu’ils dessinent évoquent le mouvement d’éléments naturels, comme l’air, les nuages, la terre, l’espace.

Utilisant souvent le noir et blanc pour sa simplicité et sa force graphique, l’artiste développe ainsi un langage à travers lequel il parvient à faire douter le visiteur de la réalité de sa perception, en le faisant pénétrer dans des univers instables, dynamiques et insaisissables.

Matière mouvante qui nous enveloppe au Drawing Center de New York (2015-2016), grotte animée d’un furieux vortex circulaire pour la Biennale de Sharjah (2017), ces installations, que l’on pourrait qualifier de métaphysique, questionnent notre rapport à l’insaisissable, l’infini et l’invisible.

Son dessin interroge le vide et l’absence, créant ainsi une densité, une profondeur. Loin d’être réductrice, cette simplicité touche à l’essence des choses. Ce jeu avec le support peut donner au visiteur l’impression de plonger dans l’infiniment petit ou de percevoir l’infiniment grand. Représenter ce qui ne peut pas l’être pourrait être une des nombreuses recherches de l’artiste.

Au-delà du sujet, le médium lui-même est transformé. Sous ses doigts, le dessin prend du volume, devenant sculpture, ou s’appliquant comme un filtre sur une gravure. Chaque installation est une nouvelle expérimentation.

Une grande partie de son travail est en effet liée à une pratique du dessin mural originale. Ces dessins éphémères, malgré leur très grande minutie, sont voués à disparaître, et comme leurs sujets, ils demeurent fugaces et insaisissables.

Exposition : « l’horizon des événements »

24/03/18 au 06/05/18

104 Paris

5 rue Curial – 75019 Paris

Tarif: 2€

PhenixWebTV