Rencontre sans « pipeau » avec Pihpoh, le rappeur préféré des franciliens

Le rendez-vous a été fixé à l’espace presse du festival Art Rock qui se tenait à Saint-Brieuc du 18 au 20 mai 2018, il arrive avec un peu de retard sur l’horaire prévue, mais il a prit la peine de nous prévenir à l’avance.


La nuit n’a pas été de tout repos, l’after du festival s’est éternisé jusqu’à pas d’heure et ça se ressent. Hier après-midi, sous un soleil brulant, il fait danser le public de la scène du village du festival Art Rock accompagné de son guitariste Arnoud krivaneck et de son batteur Pierre Michelet.
Très peu connu du grand public il y’a encore quelques années, malgré une carrière de rappeur déjà entamé, Pierre Enderlen alias Pihpoh, originaire de Belfort officie actuellement comme musicien du métro parisien. Vous l’avez peut-être croisé dans les sous-sols de la capitale, à la station République, ou le 23 novembre dernier lors de la soirée des 20 ans des musiciens du métro à l’olympia ( lauréat avec quatre autres chanteurs du métro) ou encore en première partie d’artistes comme Claudio Capéo.

Il a fait les choux gras de la presse après sa reprise de « Je me voyais déjà » de CharlesAznavour à l’Olympia. Son dernier album « par vagues »dans lequel il évoque les thèmes universels dans un rap un brin rapide, mais acerbe est toujours disponible à la vente à la fnac.

Des couloirs du métro à l’Olympia le chemin est-il plat ou c’est beaucoup plus compliqué qu’on ne le pense?
Le jeune Franc – Comtois nous dit tout sans « pipeau » sur l’univers du rap, l’envers du décors n’est pas si rose qu’on s’imagine

Phenixwebtv : Quel est ton parcours?

Pihpoh : Il y’a beaucoup à dire(…) J’ai d’abord commencé par le scratch, ensuite je me suis mis à l’écriture, j’ai eu plusieurs formations différentes. J’ai joué à l’époque avec un groupe de funk, après j’étais avec un groupe de jazz on était 11 sur scène, ensuite j’ai joué avec des dj.

« On a eu de la chance, parce que sur les 6 premiers mois nous sommes tombés sur les 20 ans des musiciens du métro. Il y’a eu un concours, les gens nous ont soutenus et ça nous a ramené jusqu’à l’Olympia le 23 novembre dernier.»

Phenixwebtv : Pourquoi avoir choisit le métro plutôt que les bars ou internet?

Pihpoh : Le métro est venu bien après, je ne sais pas si vous avez vu (…). J’ai commencé par une web série qui s’appelle « j’irai chanter chez vous ». Je ne pensais pas que ça allait marcher et ça a plutôt bien pris et on m’attend pas c’est vraiment cool.
Et puis à chaque fois que je montais à paris pour des rendez-vous ou autres, je voyais ses musiciens dans le métro chanter avec une carte de la RATP, j’ai posé la question et on m’a expliqué la démarche à suivre.
On a passé les auditions en mars 2017 et on a été pris pour 6 mois, donc tous les 6 mois on fait des auditions et si on est repris c’est reparti pour 6 mois, là on vient de les repasser et on a été repris. Voilà pourquoi j’ai fait ça et aussi parce que dans le métro ça a matché pas mal et ensuite ça nous a mené jusqu’à l’Olympia.
On a eu de la chance, parce que sur les 6 premiers mois nous sommes tombés sur les 20 ans des musiciens du métro. Il y’a eu un concours, les gens nous ont soutenus et ça nous a ramené jusqu’à l’Olympia le 23 novembre dernier.

Phenixwebtv : Si je comprends bien tous les 6 mois vous devez à nouveau passer par des auditions pour pouvoir chanter dans le métro?

Pihpoh : Exactement. En mars et en octobre.

phenixwebtv : Il n’y a aucune garantie d’être repris?

Pihpoh : Non. Après on nous fait comprendre que si on fait bien le travail et qu’il n’y a pas de soucis, on nous le laisse.« un soir on peut jouer devant 7000 personnes et le lendemain se retrouver dans le métro et jouer à nouveau. »

phenixwebtv : Faire les premières parties d’artistes c’est pas un peu frustrant?

Pihpoh : Si, un peu. C’est compliqué, maintenant j’en ai pris l’habitude parce que j’en ai fait pas mal.
C’est frustrant parce que des fois ça dure 25 – 30 minutes, on ne peut pas amener le matériel qu’on veut sur scène on est toujours un peu brider par rapport au temps s’installation et puis il y’a aussi le choix des morceaux, on ne peut pas faire l’intégralité et ce qui est encore plus frustrant c’est qu’un soir on peut jouer devant 7000 personnes et le lendemain se retrouver dans le métro et jouer à nouveau.
Les gens ne viennent pas là pour nous, mais j’aime les défis… ça revient un peu au même, c’est que dans le métro les gens se foutent de nous à la base et quand on arrive à les arrêter ça fonctionne plutôt bien du coup c’est cool.

phenixwebtv : Comment fait-on pour passer du métro à l’Olympia à jouer en première partie pour Gad Elmaleh ou Claudio Capéo?

Pihpoh : Gad en fait je l’ai rencontré dans la rue, à Belfort, du coup j’ai réussi à le ramener au studio ( comme quoi ça peut marcher. Rires), il a kiffé mes sons, il m’a invité sur trois dates.
Et Claudio on a le même tourneur, c’est un mec d’Alsace qui habite à trente minutes de chez moi. On a des potes en commun, on a monté et démonté des scènes à l’époque ensemble.
Ça a bien marché entre nous, on a fait deux dates et ça a super bien fonctionné par rapport à son public, du coup on a enchaîné sur la tourné des Zénith. On a fait 5 zénith et j’espère pour continuer à travailler avec lui.

Phenixwebtv : Et a quand ta première grande scene?

Pihpoh : Je ne sais pas, la on a pas mal de festival cet été, on joue aux Eurockéennes chez nous, on va faire les arènes de Béziers, mais c’est pareil c’est en deuxième partie.
J’aimerais bien à l’occasion de la sortie du prochain album, essayer de faire une boule noire, même si c’est pas une grosse salle à paris.
Mais c’est pas une fin en soi, je pense qu’il faut déjà faire ses armes, ça fait pas très longtemps que je suis là, mon parcours resemble un peu aux montagnes russes.

« quand ils m’ont proposé de faire une reprise à l’Olympia, à la base j’ai dit non je ne voulais pas faire de reprise, ça ne m’intéressait pas.»

Phenixwebtv : Pourquoi Charles aznavour?

Pihpoh : Parce que c’est une musique que je connais depuis tout petit et puis quand ils m’ont proposé de faire une reprise à l’Olympia, à la base j’ai dit non je ne voulais pas faire de reprise, ça ne m’intéressait pas.
Pour le coup j’ai cherché plein de trucs, je voulais vraiment des auteurs de la variété française, je suis passé par du Dutronc, Gainsbourg… et c’est vraiment avec le texte d’Aznavour que j’ai trouvé qu’il y avait plus de matières parce qu’il me fallait de la matière pour mettre du flot, c’est le texte qui me parlait le plus à ce moment là précis où il fallait que je le joue.
J’ai mis un clic sur mon ordi, mon métronome, j’ai commencé à poser et ça a marché tout de suite. J’en ai en parlé à mes musiciens, ils ont pris l’harmonie du morceau, ils ont fait tout une autre composition et je trouve que le rendu est assez cool.
C’était un long travail de recherche par rapport aux textes que j’avais devant moi : « Paris s’éveille » j’ai faillit faire ça aussi, Gainsbourg j’avais plein d’idées mais il n’y avait pas assez de textes malheureusement.

Phenixwebtv : Vous avez eu ce qu’on appelle « une bonne presse » après votre reprise d’Aznavour à l’Olympia, est-ce que ça aide à avoir du public derrière?

Pihpoh : Depuis l’Olympia mon public s’est élargi et après le fait de pouvoir faire des premières parties des mecs comme Claudio Capéo ça me ramène aussi du public. Moi je ne pensais vraiment pas que ma musique pouvait fonctionner devant un mec qui joue à l’accordéon et en fait ça marche de ouf, c’est hallucinant.
Je comprends que ma musique touche un large public et c’est cool. Oui l’Olympia ça a aidé parce qu’il y’avait des médias derrière mais après je ne pense pas que ça soit que ça, c’est un tout derrière.

Phenixwebtv : Plutôt Stromae ou Eddy de Pretto?

Pihpoh : Stromae.

phenixwebtv : Pourquoi?

Pihpoh : Eddy j’aime beaucoup aussi, mais dans l’écriture je préfère Stromae et l’univers aussi.
Eddy on a fait une date ensemble, c’est un mec super, j’aime beaucoup son univers aussi, mais pour moi Stromae c’est une peu le génie de ses 15 dernières années.

Phenixwebtv : Vous rêvez de revenir au festival Art Rock sur la Grande Scène?

Pihpoh : Pourquoi pas? J’aimerais bien puisque j’ai beaucoup aimé le festival, c’est la première fois et j’espère que la prochaine fois ça sera la scène B.

Phenixwebtv : Vu ton passé, les producteurs ne viennent pas à toi?

Pihpoh : Ce qui se passe c’est qu’aujourd’hui nous sommes vraiment dans l’entre deux, il faut qu’on passe vraiment ce petit cap et puis je ne viens pas d’arriver c’est ça le truc. Ce que les producteurs recherchent ce sont les petits qui arrivent et qui sont un peu ovni, je comprends c’est le business.

Phenixwebtv : Est-ce que le milieu du rap est hardcore? Faut-il faire partie d’un groupe pour s’en sortir?

Pihpoh : Je ne sais pas trop, je n’ai jamais eu de problèmes… effectivement je pense que si on est un collectif c’est plus facile de s’en sortir. Comme les 955 ils venaient tous d’un réseau un peu différent et c’est ce qui a fait leur force et d’ailleurs je trouve ça super super. C’est vrai que tout seul c’est un peu plus dure mais chacun son combat et je ne pense pas que ça soit juste dans le rap.

Phenixwebtv : Et pour 2019 des projets?

Pihpoh : On a déjà des dates qui sont en train de se caler et j’espère que l’album sera sorti d’ici la. J’aimerais bien qu’il y’ait un opec qui sorte à l’automne et que l’album arrive en février ou mars 2019

Phenixwebtv : Tu continues à faire dans le social?

Pihpoh : Oui c’est quelque chose que j’aime bien. Il y’a 5 ans un prof de musique que je connais est venu me voir pour me proposer de donner des cours et depuis je le fais aussi ans des prisons près de chez moi.

Phenixwebtv : Et la web série?

Pihpoh : Ouais, j’ai d’autres épisodes encore sur le coude, mais canne me surprend plus quand je les regarde et j’avais peur de lasser les gens. On a trois épisodes en réserve, mais je réfléchis à une saison 2, quelque chose de différent afin que moi même je sois surpris quand je la regarde.

Pihpoh sera à en concert le 09 juin 2018 au Lez Art du festival, le 23 juin 2018 au festival Solidays à paris et le 30 juin au Red pigs festival à Payerne en suisse.

« par vagues »

Pihpoh

Crédits photo : Vincent Desailly

Phenixwebtv

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s