Affiche du film Une Ultime conviction

Une intime conviction : le droit au doute

C’est un angle délicat qui ne tente pas grand monde dans l’univers du cinéma en France, les faits divers qui défrayent la chronique judiciaire à l’instar l’affaire Viguier, inspirée d’une affaire judiciaire et porté à l’écran par Antoine Raimbault, dans ce qui constitue son premier long métrage. Un grand pas pour l’auteur de Vos Violences, un court métrage dans lequel le ténor du barreau Eric Dupond-Moretti, jouait le rôle d’un avocat victime d’une agression. Cette fois-ci, le réalisateur revient avec une Intime Conviction, un film de procès, où le doute hante les esprits.

Jacques viguier. ©️: Séverine Brigeot

Jacques Viguier, professeur de droit, est accusé du meurtre de sa femme qui s’apprêtait à demander le divorce (elle entretenait une relation extraconjugale, pour lequel il est blanchi en première instance, après dix ans de procédure.https://youtu.be/YTe5u76F4Vc

Réalité fiction

Après avoir été jurée au procès d’assises de Jacques Viguier, Nora (Marina Foïs), dont l’engagement est extrême, se lance dans une quête de vérité impossible, elle qui est persuadée de l’innocence de ce dernier. Elle entre en contact avec Maitre Dupond-Moretti (Olivier Gourmet), réputé pour obtenir des non-lieux dans des procès perdus d’avance, et le convainc d’assurer la défense de Jacques lors de son procès en appel.

Nora (Marina Foïs). ©️: Séverine Brigeot

Retrouvez-nous aussi sur Facebook, Instagram Twitter

Une réflexion sur “Une intime conviction : le droit au doute

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s