Kristel, sur la scène du Fgo-barbara à paris le 20 mars 2019.

Kristel : la rage du rock Malgache sur la scène du fgo-Barbara à Paris

De passage à paris la semaine dernière, Kristel s’est arrêtée au Fgo-Barbara à paris pour un concert électrique, accompagnée de son mari Sylvano à la batterie et de son frère Ben à la guitare. Le trio a sorti un premier disque à la fin de l’été 2018, sobrement intitulé « Irony », dans lequel il nous sert un rock en provenance de la Grande ile. A la fois chanteuse, bassiste et leader de son groupe, Christelle Ratri (de son vrai nom) raconte le quotidien des habitants de son pays dans cet opus uniquement en Malgache, qui ne l’a pas empêché de traverser les frontières. Ce soir c’est sur scène qu’elle nous fera profiter de son rock en provenance de Madagascar.

Petit Piment

Le duo Piment, formé par la réunionnaise Nathalie Natiembé et le guitariste Comorien Mounawar, sont les premiers à fouler la scène du Fgo-Barbarra pour offrir au public une première partie colorée. La chanteuse et le bassiste propose une création originale appréciée du public.

Le groupe Piment, sur la scène du Fgo-Barbara, le 20 mars 2019.

Le groupe Piment, sur la scène du Fgo-Barbara, le 20 mars 2019.

Vas y « Izy » Kristel

C’est sur le titre Tonga Indray extrait de son premier album Irony que le trio fait son entrée sur scène, lançant tout de suite les hostilités aux sons de leurs instruments. « Bonsoir Paris, pour ceux qui ne nous connaissent pas, nous c’est Kristel, on vient de Madagascar ». Oui pour elle, Kristel constitue un groupe, d’ailleurs elle utilisera toujours le « Nous » pour parler de Kristel, même si elle est la seule du groupe à écrire les chansons.

Kristel à la fin de son show sur la scène du Fgo-Barbara, entourée de son mari Sylvano à la batterie et de son frère Ben à la guitare, mercredi 20 mars 2019. © saint_xsl1

La rage qui l’habite est palpable sur scène, son rock lui sert de canal pour pour exprimer sa frustration ou son désarroi, face à son pays qui s’enfonce de plus en plus. Mais tout n’est pas que désespoir, puisqu’elle espère un avenir meilleur comme elle le laisse entendre sur très pop Masoandro. Tandis que TNM (tôt le matin en malgache) qui se veut une pop mélancolique, s’adresse aux jeunes et pas seulement ceux de Madagascar, car la musique est universelle.

Les héritiers de la scène rock malgache

« On est ici pour vous présenter notre premier album « Irony » qui parle beaucoup de notre pays Madagascar. On ne peut s’empêcher d’en parler parce que c’est un très beau pays et à côté la déforestation qui mine notre pays.» Le trio nous régalera d’une douzaine de titres au cours de cette soirée, à travers la voix sensuelle et quelque fois agressive de Kristel, qui chante uniquement en malgache.

Le très rock Andeha, permettra au groupe de conclure en beauté ce show électrique et énergisant. Le son de la batterie et celui des guitares ne font plus qu’un. Dans un duel aux sons des guitares, Kristel et son frère de guitariste s’affronte dans une ultime bataille de riffs pour le plaisir du public qui semble aux anges.

« C’était Kristel de Madagascar, merci à vous…». C’est à nous de lui dire merci pour ce rock un peu perché qu’elle nous fait découvrir ce soir, enfin pour ceux comme moi qui la découvrait sur scène ce soir. Chapeau au Groupe.

Plus d’infos

Retrouvez Kristel sur

Facebook

Twitter

Instagram

Youtube