Nuit 1 Festival Nuits Sonores 2019. Photo : Brice Robert

Nuits Sonores : Une première nuit sous le charme de James Blake

Lyon la capitale de la gastronomie, la célèbre place Belcourt, son auditorium qui drague une partie du Rhône… la ville lumière était Sonore pour cette première Nuit de son célèbre festival. La ville déborde d’affiches annonçant la programmation de cette 17ème édition. Le tram qui mène à la station Debourg est plein de monde et tous n’ont qu’une destination en tête les anciennes usines Fagor-Brandt à Gerland, qui accueillent les trois nuits principales.

Cette année, le festival qui se veut un laboratoire culturel en quête des artistes de demain, revient pour une 17ème édition du 28 mai au 02 juin 2019. Après Action Bronson, Caballero&JeanJass ou encore Jennifer Cardini l’année dernière, le festival annonce la venue cette année de The Black Madonna, Flavien Berger ou encore Charlotte Gainsbourg. Une occasion qui se prête à faire la fête toute la nuit dans la ville lumière, un atout pour ce festival, qui contrairement à ses concurrents, s’achèvent à 5h du matin. La soirée d’inauguration et celle de clôture qui se déroulent dans les Anciennes Usines de Fagor Brandt, sont surtout à ne pas manquer. Sous quatre grandes halles, les festivaliers pourront se trémousser sans trop se marcher dessus, aidés du spectacle de jeux de lumières qui ornent les hangars.

Parlons justement de ce spectacle coloré qui nous accueille dès notre arrivée sur le site. La scénographie a été remanié et l’émerveillement est moindre par rapport à l’année dernière, en ce qui nous concerne, on est moins impressionnés. Pour rejoindre les différents halls, les festivaliers transitent sous une grande boule disco qui irradie la place.

Petit tour dans la Vapezone située près cantine où une halle entière a été transformé en grande cantine où les festivaliers peuvent se poser, après un passage vers les food truck. Une bonne idée, quand on se souvient de la petite averse de l’année dernière, le soir de l’inauguration.

Halle 2
Sky H1 ouvre la Halle 2


L’inventeur de la techno le légendaire Model 500, membre du Belleville Three prendra la relève par la suite.

Boiler Room Stage


Dans la halle 3, la pelouse suspendue a disparue pour laisser place à une table de mix centrale, autour de laquelle, le public pourra se trémousser en cercle, avec une vue sur la cabine dans laquelle se trouve l’artiste programmé.


Maoupa Mazzocchetti a enflammé la halle 3 avec ses sets endiablés, agrémentés de pop tropical. Au milieu de la foule derrière ses platines, le jeune artiste Belge nous a rappelé pourquoi on aimait si bien la techno. Cette effusion d’ondes positives, qui l’espace d’une soirée, vous font oublier vos tracasseries quotidiennes. On en redemande.


Deena abdelwahed nous a présenté en live, son dernier album futuriste. La Tunisienne d’origine nous a servi des sets dont elle a le secret, un mix de la techno maghrébine qui n’a laissé personne indifférent.

halle 1
22h 30 The comet is coming de joe hopskin et Mall grab


La nuit d’intégration de James Blake fait monter la pression dans la grande halle 1, une première pour le talentueux pianiste qui a séduit toute l’assistance avec « Retrograde » joué en toute fin de partie, pour la plus grande joie des fans amassées aux barrières. Un moment intense, dans une ambiance intimiste parcourue par une épaisse fumée d’oxygène.


Ils étaient entre 9000 et 13.000 festivaliers à cette première nuit de l’édition 2019, avant celle du vendredi 31 mai et la grande dernière du Samedi soir qui recevra entre autres Charlotte Gainsbourg et Flavien Berger.