L’erreur : le thriller australien au féminin

L’erreur est le premier roman de Susi Fox. On le découvre sous une très belle plume et dans un style assez efficace et angoissant: une intrigue superbement bien menée, un suspens qui vous tient en haleine du début jusqu’à la dernière page, un dénouement convainquant, des personnages bien campés, des rebondissements maîtrisés et bien dosés, pas de temps morts. Susi Fox a choisit un dénouement intelligent, touchant et efficace et qui prouve que l’amour pour les enfants, d’où qu’ils viennent existe bel et bien.

Où est passé le bébé de Sacha ?

Nous sommes en Australie avec Sasha et Mark qui essaie d’avoir un enfant depuis 8 ans. Sasha tombe enceinte et se prépare à l’arrivée du bébé en planifiant tout jusqu’à se faire une image de son bébé. Malheureusement rien ne se passe comme elle l’a prévu… Elle doit accoucher par césarienne et sous anesthésie générale de toute urgence. Elle avait choisi un bel hôpital avec du personnel attentionné mais se retrouve à l’hôpital le plus proche où le personnel soignant est submergé de travail. Elle demande à voir son bébé.
Alors qu’elle et son mari devait vivre le plus beau jour de leur vie, ils vont vivre le pire…
Sasha en est convaincu, le nourrisson qu’on lui amène n’est pas le sien…
Que s’est il passé? Ou est passé son bébé?
C’est ce que Sasha va devoir découvrir seule, car personne ne la croie même pas son mari, qui s’est rangé du coté des médecins comme tout un chacun le ferait pour protéger la personne qu’elle aime. Tous pensent que Sasha souffre de stress post accouchement…
Ce roman est bien construit, un thème principal original que l’on ne croise pas souvent dans les thrillers. L’auteur a une approche réaliste  sur ce thème complexe qu’est la Psychologie féminine de la femme enceinte et ce lien qu’elle créée avec son enfant in utero qui est un peu comme un sixième sens et qui ne trompe pas une mère…
Elle nous plonge dans son plan machiavélique en nous faisant ressentir toutes sortes d’émotions comme une femme enceinte d’ailleurs peut les ressentir
On va douter puis revenir vers la raison jusqu’au dénouement de cette histoire, ce qui fait monter la tension et le suspense. Dans ce roman on est sur des montagnes russes, tout ce qu’on vit est fort , puissant, touchant et ne nous lâche pas. On veut savoir ce qui a bien pu se passer à tout prix!

DSC_7573-2

En alternant les chapitres présents et passés, l’auteur a fait en sorte que l’on soit en totale empathie avec le personnage de Sasha. Grace à cette alternance, elle nous présente ses protagonistes, nous raconte un peu leur vie passée sous la voix de Mark et reprend le contrôle de son histoire avec les chapitres présents sous la voix de Sasha. Un choix judicieux et habile pour amener le doute dans la tête du lecteur et ça fonctionne à merveille.

Le personnage de Sasha  est une battante qui ne lâchera rien  et qui justement, ne tombe pas dans la dépression et fait tout pour prouver que ce n’est pas son enfant et qu’elle n’est pas complètement folle. Malgré tout ça, elle ne laisse pas tomber le petit Toby, qui lui n’y est pour rien dans toute cette sale histoire.

Par cette histoire, l’auteur dénonce aussi le fait qu’il n’y a pas suffisamment de personnels dans les hôpitaux pour s’occuper de tous les patients correctement et ça c’est un fait international puisque chez nous c’est la même chose. C’est malheureusement toujours le patient qui en fait les frais.

Résumé

Sasha a toujours voulu un bébé. Sa grossesse se déroule à merveille, jusqu’au jour où elle se retrouve à l’hôpital pour subir une césarienne d’urgence. À son réveil, elle demande à voir son enfant. Alors qu’elle s’attend à vivre un moment magique, Sasha plonge dans un cauchemar bien réel. Le nourrisson qu’on lui amène n’est pas le sien. La jeune mère n’a aucun doute, même si personne ne la croit. Ni les infirmières qui évitent ses questions, ni son mari qui essaie de la convaincre, ni sa meilleure amie, appelée au secours. Pour tous, Sasha souffre d’un stress lié aux circonstances de la naissance. Mais ce serait oublier combien l’instinct d’une mère est profondément ancré en elle, en dépit des apparences. Si le bébé devant elle n’est pas le sien, où est passé son enfant ? Et qui a pu faire cette erreur ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s