De retour dans son format habituel, le festival Art Rock a battu un nouveau record en rassemblant 80. 000 spectateurs lors de sa 39ème édition qui s’est tenue du 3 au 5 juin dernier avec des têtes d’affiches comme Phoenix, Clara Luciani, Gaël Faye, Laylow ou encore les sœurs d’Ibeyi. Retour sur trois jours de fête que même l’orage n’a pas réussi à troubler.

Ils étaient 80.000 festivaliers à prendre part à la 39ème édition du festival Art Rock. Une édition de retrouvailles record après l’annulation de celle de 2020 et une édition hybride l’année dernière. Le festival qui avait attiré quelques 78.000 personnes en 2019, était dans une bonne dynamique avant que la crise sanitaire ne vienne jouer les troubles fête.

Malgré un départ sous de violents orages qui faisaient redouter le pire aux organisateurs, cette édition de retrouvailles a finalement été plébiscitée par le public qui en a fait un succès en y participant massivement en famille ou entre ami(e)s, sous la pluie comme sous le soleil. Retour sur cette édition pas comme les autres.

Il pleut mais il fait quand même beau

« Vont-ils annuler ? » voilà la question qui était sur toutes les lèvres ce vendredi en fin d’après-midi lors de l’ouverture des portes sous des trombes d’eau. Pour le lancement de cette édition des retrouvailles, une invitée surprise a décidé de venir jouer les troubles fêtes. Une invitée pas vraiment surprise, puisque tout ceux qui ont déjà assisté à une édition d’Art Rock, savent qu’ils auront droit à leur dose de flotte, mais pas comme celle qu’on a eu cette année.

La 39e édition d’Art Rock inaugurée sous la pluie

Des festivaliers bloqués par des rues inondées et tentant de s’abriter tant bien que mal, jamais, au grand jamais. C’est trempés jusqu’aux jambes et le courage chevillé au corps, que les plus téméraires dont nous, ont décidé de braver l’orage pour ne rien louper des premières notes de cette édition spéciale qui restera dans les mémoires et présage déjà du bon pour le 40e anniversaire l’année prochaine. Et comme disait Sénèque « La vie n’est pas d’attendre que les orages passent. C’est d’apprendre comment danser sous la pluie… »

Gazo Drill sous la tempête

« Franchement vous êtes courageux, vous n’avez pas bougé malgré l’orage, vous êtes le meilleur public de France… », lance le rappeur Gazo de sa voix grave depuis la grande scène et devant un public de (vrais) courageux, qui malgré la pluie qui tombe avec force, n’a pas bougé. C’est donc sous une pluie torrentielle que les pogos géants se feront, sans risque de tremper dans la gadoue, l’avantage des festivals organisés au cœur de la ville.

On tape également du pied du côté de la scène B où le rappeur à l’inséparable guitare Sopico, fait des émules sous l’orage. Coiffé de son éternel bob noir et les yeux cachés sous des lunettes de soleil, qui ne l’empêcheront sans doute pas de voir son public l’ovationner sous la flotte. Il en profitera pour pousser une coup de gueule contre tous ceux qui en profitent pour « mettre de la drogue dans le verre des autres ou les piquer… » Ovation aquatique !

Sopico sur la scène du festival Art Rock le 03.06.22

C’est Versailles ici

Une heure après la fin de l’orage, c’était Versailles au propre comme au figuré sur la grande scène d’Art Rock à Saint-Brieuc où le quatuor Versaillais Phoenix signait son grand retour, 5 ans après la sortie de leur dernier album Ti Amo. Un album dont les titres seront à l’honneur de cette première mondiale que le groupe a réservé au festival briochin, qui peut s’enorgueillir à trois mois de la sortie de leur 7e album et avant une tournée mondiale prévue à l’automne. D’ailleurs ils ont profité de ce passage pour jouer le premier extrait « Alpha Zulu », un titre entraînant dévoilé quelques heures plus tôt.

Un show autant musical que visuel, qui nous a parfois transporté entre les murs du célèbre château de Versailles avec sa galerie de glace. Moment suspendu lorsque le groupe a rendu hommage au regretté Philippe Zdar à travers le poignant « Rome », avant que le chanteur Thomas Mars ne finisse comme à son habitude perché sur les épaules du public. Yes Phoenix is back !!!

Phoenix sur la grande scène du festival Art Rock le 03.06.22

A peine le rideau tombé sur le groupe Phoenix, qu’on entend déjà la foule hurler du côté de la scène B où le rappeur Josman est très attendu. De retour sur la grande scène on retrouve le producteur marseillais French 79, en clôture de cette soirée du vendredi soir. On met de côtés toutes les émotions traversées durant cette journée pour se laisser envoûter par cet électro entraînant qui fera notre fin de soirée.

French 79 sur la grande scène du festival Art Rock le 04.06.22

Les dieux de la météo sont au rendez-vous

La pluie qui s’est abattue sur Saint-Brieuc le premier soir n’a pas douché l’enthousiasme des festivaliers puisque la 2ème soirée s’est jouée à guichets fermés.

Après le groupe Phoenix vendredi soir, c’est au tour du duo Franco-cubain Ibeyi, composé des sœurs jumelles Naomi Díaz et Lisa-Kaindé, d’effectuer son retour après 5 ans d’absence. Deux jours avant la sortie de leur 3ème album Spell 31 (sortie le 6 juin), les deux sœurs ont joué quelques extraits comme le poignant « Sangoma » entre soûl et hip-hop ou encore le vibrant « Rise above ».

On enchaîne avec le seul en scène de November Ultra sur la scène B. La nouvelle étoile de la scène pop transporte le public dans son univers avec sa voix d’ange qui donne des frissons, aidée des titres de son premier album solo Bedroom Walls, sorti le 8 avril dernier. Sa douceur communicative et sa tendresse permettront aux briochins de ne pas lui en vouloir lorsqu’elle avoue son amour pour le beurre doux.

November Ultra sur la scène du festival Art Rock le 04.06.22

Volcanique comme Gaël Faye

C’est pas un lundi, mais bel et bien un samedi méchant que l’artiste franco-rwandais Gael Faye, a offert au public d’Art rock avec son show volcanique à l’ambiance congolaise. Durant plus d’une heure, il a fait sensation avec les tubes issus de son répertoire. Une véritable « Histoire d’amour » s’est nouée entre les bretons et lui ce jour là si l’on en juge par la ferveur et l’enthousiasme qui a accompagné toute sa prestation. Le point d’orgue de cette fête collective fut le slam que l’artiste s’est offert en fin de spectacle, porté par la ferveur d’un public qui ne voulait plus le quitter. « Un concert en Bretagne c’est toujours une expérience magnifique ! Merci pour l’accueil Art Rock » déclarera l’auteur du best-seller « Petit pays ». Kitoko !

On termine cette 2ème soirée par la prestation endiablée du showman Annael sur la scène B. Lauréat des Inouis du Printemps de Bourges 2021, l’artiste est venu avec la promesse de faire danser le public sans réfléchir et il montre l’exemple sur scène, comme si Freddie Mercury et Micheal Jackson se partageait le même corps. Il s’offrira une déambulation à travers la foule, comme le début d’un nouveau « Commencement ».

Annael au festival Art Rock le 04.06.22

Une dernière soirée explosive

Si Juliette Armanet a chanté le dernier jour du disco hier soir, ce n’était pas pour autant que c’était la fin. Pour sa dernière soirée, le festival affichait complet depuis plusieurs semaines avec des têtes d’affiches comme Clara Luciani ou encore le rappeur Laylow. Mais les festivaliers ont également été emporté par le voyage plein de douceur que leur a proposé Jane Birkin avec les titres extraits de son dernier album, l’intime Oh pardon tu dormais. Non Jane, le public de Art Rock ne dormait pas, il était juste bercé par sa douceur de ton accent so British !

Même scène, mais un autre britannique en la personne de Pete Doherty qui revient sur le festival douze après son dernier passage, présenter son nouveau projet The Fantasy Life Of Poetry & Crime. Et c’est en groupe que le sujet de sa majesté désormais installé en France effectue ce retour, accompagné du guitariste et compositeur français Frédéric Lo avec qui il a co-crée le disque, et flanqué de quelques musiciens. Le tout donne une immersion dans un univers rock vindicatif et un peu barré dont Pete est le porte-parole. Avant de jouer au maître de cérémonie plus tard pour annoncer l’ arrivée de celle qui prend sa suite sur scène, Clara Luciani.

Cœur à corps avec la grande scène pour le final

Après l’annulation de son concert samedi soir à We Love Green à cause de la tornade qui s’est habitue sur la capitale, Clara Luciani est heureuse d’être de retour à Art Rock avec son « Respire encore tour », quatre ans après son premier passage. Et c’est devant une grande scène pleine à craquer que l’artiste féminine de l’année et ses musiciens vont livrer un show pop-disco de plus d’une heure, en convoquant ses anciens comme ses nouveaux tubes.

Les titres de son dernier opus Coeur consacré Meilleur album de l’année aux dernières Victoires de la Musique, feront danser un public familial qui connaît les textes de son répertoire par cœur et le répète en chœur de « Tout le monde (sauf toi) », en passant par « La grenade », « La baie » jusqu’au final explosif sur l’entraînant « Respire encore » agrémenté d’un lâcher de confettis. Un voyage festif où on en ressort lessivé, tellement l’ambiance fut bonne du début jusqu’à la fin.

Des fans de Clara Luciani à la fin de son concert à Art Rock le 05.06.22

Le public était beaucoup plus jeune devant grande scène pour le dernier show de cette 39e édition, assuré de main de maître par l’un des artistes rap les plus populaires du moment, le toulousain Laylow. Débarquant sur scène tel un « Megatron » devant une marée de smartphones en mode « rec », l’étoile montante du rap fait tout de suite chavirer le cœur de son jeune public qui reprend ses textes en chœur « Augmente la pression… ». Un public qui remplacera aussi le rappeur belge Damso lorsqu’il s’agira de croiser le fer sur « R9R-Line ». Mission accomplie pour l’auteur de l’Etrange Histoire de Mr Anderson, qui ressert une nouvelle fois son « Megatron » bien corsé avant de tirer sa révérence.

Le public sous le charme du rappeur Laylow le dernier soir

Ils l’ont fait ! Grâce à l’enthousiasme du public que même la grosse orage du vendredi n’a pas découragé, le festival Art Rock a réussi haut la main son édition de retrouvailles, après une période trouble de deux ans dont on redoutait les conséquences. C’est remonté à bloc que les organisateurs se penchent déjà sur la 40e édition qui devrait avoir lieu les 26, 27 et 28 mai 2023. Une édition anniversaire qui devrait attirer, on l’espère et le souhaite, plus de 80.000 spectateurs. Chiche ?