Thérèse évoque avec pudeur le rapport qu’elle a avec sa maladie héréditaire dans son nouveau single intimiste « Mala Diva » sorti ce 16 novembre et dont le propos est mis valeur dans une vidéo sans artifice.

Artiste engagée et habituée à aborder sans complexe les sujets de société comme le racisme, la xénophobie, le sexisme ou encore à créer une musique politique malgré elle, Thérèse ouvre une brèche sur son sa vie personnelle avec son nouveau single « Mala diva » (mauvaise diva). A travers ce titre personnel qui ne reste pas pour le moins universel, elle nous parle pour la première fois avec pudeur et sans tabou de sa maladie du foie (une polykystose hépatorénale héréditaire) qu’elle a longtemps tenu secret et de son rapport avec cette dernière.

« Le temps c’est celui qu’on prend, merci de me l’avoir dit »

Sous l’œil vigilant du réalisateur Thomas Wood, Thérèse se met à nu sans fard ni maquillage dans l’intimité de son appartement, et nous fait part de la complexité du rapport qu’elle entretient avec cette maladie illustrée sous la forme d’une perruque blonde sans visage. Malgré l’injustice et les difficultés liées à une maladie, cette dernière nous apprend à remettre les choses au présent et à surtout lâcher prise. Et quoi de mieux que cette chanson pleine d’espoir qui apportera un peu de réconfort aux personnes seules face à l’épreuve de la maladie ? l’artiste nous confronte à notre rapport à la maladie en y apportant une dose d’humanité qui met en valeur le propos abordé dans cette vidéo.

Ce nouveau single intimiste pimentée d’envolées orientales lumineuses fait suite au thérapeutique « Jealous », dévoilé deux mois plus tôt. Il a été produit par Adam Carpels, co-realisé et mixé par Alexandre Zuliani, et masterisé par Benjamin Joubert. Et nous, nous n’avons qu’une seule hâte, celle de la retrouver IRL.