Aujourd’hui, nous vous présentons Sarah Walk, une jeune pianiste originaire de Minneapolis qu’on a découvert avec son dernier single émotif « What Do I want », prélude à la sortie de son nouvel Another Me le 28 août prochain chez One Little Indian Records.

A l’image d’une Jeanne Added, Sarah Walk fait partie des artistes dont on s’attache tout de suite après l’écoute d’un de ses titres. C’est ce qui s’est passé après avoir visionné le clip de son dernier single plein de sensibilité « What So I Want ? » dont on vous en parlait dans nos précédents clips de la semaine. A qui appartient cette voix qui chante ? Pourquoi cette histoire si singulière nous semble tout d’un coup familière ? Très peu d’artistes produisent cet effet sur nous. Pourquoi cette scène dans la salle d’attente nous interpelle ?

Who are you Sarah?

Une découverte qui se fait sur le tard, car la jeune pianiste originaire de Minneapolis, n’est pas une inconnue de la scène folk pop.

Auteur compositrice et interprète, Sarah Walk est diplômée du Berklee College of Music et prépare actuellement la sortie de son nouvel album Another Me. Un nouvel opus dans lequel elle dénonce le pouvoir des hommes dans une société de plus en plus patriarcale, où les femmes comme elle sont de plus en plus marginalisées. Une façon pour l’artiste d’affirmer son identité queer en toute confiance comme elle le fait dans ce nouveau single électro pop, porté par une voix riche en tonalité.

Little Black Block

Celle qui a commencé à composer et chanter lorsqu’elle n’avait que 8 ans, semble avoir délaissé le piano omniprésent dans son précédent album Little Black Block sortit en 2017 et qui avait séduit par sa justesse. Let Me Try va crescendo avec cette double voix qui rend cet instant chargé d’émotions. Wake me up est plus rock, beaucoup d’énergie dépensée sur des instruments de folie.

Keep On Dreaming, est sans doute le titre le plus bouleversant de cet album, parlant de sentiments contrastés. Un petit air à la James Bond version Skyfall chantée par Adèle semble se reprndre dans l’atmosphère, c’est troublant. Les instruments qui résonnent en continu ne viennent pas démentir notre constat.

Maybe Someday sonne comme une complainte, Oui peut être un jour, elle ne fera plus cette erreur. D’une vulnérabilité à toute épreuve face à son piano. Il y a tout dans son univers pour passer une belle nuit d’hiver en sa compagnie.

On n’a qu’une seule envie à la suite de l’écoute de ce premier opus, c’est celui de découvrir une autre facette de son personnage avec Another Me qui sortira le 28 août prochain. We can’t wait !

Plus d’infos

Facebook // Instagram